Pourquoi la Bible ?

Pour répondre à cette question, il faut aborder le sujet des diverses religions.  Suivre aveuglement une religion ou une philosophie ne sert pas à grand chose, autrement que de faire des adeptes et de pouvoir manipuler les masses.  En revanche, la religion biblique cherche des croyants : des gens qui ont réfléchi et abouti à une conclusion.  Maintes fois la Bible fait appel à l’intelligence pour plaider, pour raisonner, pour évaluer et pour chercher la vérité.  Ainsi, se pose la question : «Pourquoi la Bible ? ».

Il faut tout d’abord reconnaître et digérer cette réalité : il n’existe pas beaucoup de choix quant à la religion.  Voici une liste des choix principaux qui se présentent :

  1.  Dieu n’existe pas donc Dieu ne peut pas communiquer
  2.  Dieu existe mais il ne s’intéresse point à nous donc Dieu ne veut pas communiquer
  3.   L’hindouisme propose les traditions humaines des Védas, etc.
  4.   Le bouddhisme propose les traditions humaines de Bouddha, etc.
  5.   L’Islam prétend que Dieu communique variablement
  6.   Le judéo-christianisme proclame que Dieu communique invariablement

Il existe de nombreuses autres tendances qui pourraient réclamer notre faculté de croyance.  Néanmoins, il me semble que tout le monde devrait pouvoir se retrouver plus ou moins représenté parmi une de ces six expressions philosophiques ou religieuses, quelle que soit l’appellation de leur religion.

Dans le premier cas, où Dieu n’existerait pas, il n’y a point d’espoir et il n’y a même pas besoin d’en discuter.  Puisque Dieu ne serait pas là, il ne pourrait rien faire et évidemment, il ne pourrait rien dire.

Le second cas, selon lequel Dieu existerait et ne s’intéresserait pas à nous, est semblable au premier cas:  nous n’aurions point d’espoir.  Néanmoins, nous aurions l’occasion de dire que Dieu serait injuste et méchant.  Car si Dieu est là et il nous laisse dans nos misères sans rien faire, il ressemblerait plutôt au diable.  Dans ce scénario, Dieu existe mais il ne veut pas se faire connaître et ne veut rien dire.  Cette seconde possibilité est intenable à tel point que les sceptiques mêmes insistent que si Dieu existe, il devrait se révéler et il devrait faire quelques choses.

Le troisième cas, l’hindouisme, est une religion très ancienne.  Certaines de ses croyances et pratiques seraient aussi anciennes que la Bible.  Dans Genèse 12, Abraham a quitté son milieu culturel et religieux pour suivre le Dieu de la Bible.  Ce milieu-là ressemblait beaucoup à une forme ancienne de l’hindouisme.  Certains groupes guerriers de la Mésopotamie (la région générale d’Abraham) ont émigrés et colonisé le Nord de l’Inde.  Plus tard, vers l’époque de Salomon (dixième siècle avant Jésus-Christ), les prêtres (brahmanes) ont mis à l’écrit leurs traditions.  Ces livres s’appellent les Védas.  Les Védas ne prétendent pas être de révélation divine.  Elles ne prétendent être que des traditions religieuses et sacrées concernant les dieux, transmises de génération en génération.  Les hindous, comme les bouddhistes aussi, s’intéressent beaucoup plus aux esprits des ancêtres qu’aux dieux.

Le quatrième cas, le bouddhisme, était une réaction contre l’hindouisme.  A son origine, le bouddhisme reconnaissait l’hypocrisie de l’hindouisme avec ses millions de dieux et ses pratiques immorales.  Né dans une famille brahmane (de la prêtrise hindoue) le Bouddha (né 563 avant Jésus-Christ) a rejeté les dieux de ses pères : « ces dieux sont faux, ils n’existent pas. »  On le dit « athée » bien que cet athéisme soit plutôt le refus du polythéisme.  Les adeptes de Bouddha ont transmis ses enseignements à travers quatre siècles, les rédigeant dans le Teravâda vers l’année 80 avant Jésus-Christ et il a fallu attendre le deuxième siècle après Jésus-Christ pour lui écrire une biographie.  Ce sont des traditions concernant l’enseignement d’un philosophe.  Le bouddhisme n’a pas été statique, il a changé au travers des siècles. Aujourd’hui peu de bouddhistes sont athées, la plupart étant polythéiste et beaucoup font des offrandes pour apaiser les esprits ancestraux.  Personne ne prétend que la doctrine de Bouddha soit divine, bien que les bouddhistes adorent le Bouddha comme l’homme qui serait devenu Dieu.

Il est évident que parmi ces quatre premières possibilités, il n’y en a pas une qui prétend même être d’origine divine.  Certes, des milliards de personnes y sont représentées.  Peut-être qu’elles aimeraient bien connaître Dieu, mais malheureusement, leur doctrine ou leur philosophie ne leur fait pas connaître Dieu.  Ces quatre premiers cas n’offrent point de prétention que Dieu aurait  communiqué.

Quant à moi, je veux connaître Dieu, s’il est connaissable.  Je ne veux pas me contenter des traditions humaines ou des philosophies humaines.

Considérons maintenant les deux derniers cas: le judéo-christianisme et l’Islam, ou « le monothéisme. »  Au fond, il n’y a que ces deux courants qui prétendent qu’un Dieu-Créateur existe, qu’il s’intéresse à nous, et qu’il a communiqué avec nous à maintes reprises.  Nous abordons d’abord la Bible.

Je vous rappelle ce que je vous ai déjà dit: « Il n’y a pas beaucoup de choix. »  En effet, la Bible nous est tellement familière que nous ne nous rendons pas compte que

  1. La Bible est le livre le plus vieux du monde à utilisation continue depuis son origine.
  2. La Bible est le seul livre de l’antiquité qui prétend être une communication de la part de Dieu.

Voyons quelques-unes des assertions bibliques proclamant que la Bible est la Parole de Dieu:

Genèse 12:1-3  L’Eternel dit à Abram: Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction.  Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi.

Exode 17:14  14  L’Eternel dit à Moïse: Ecris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux.

Psaume 12:7-8  Les paroles de l’Eternel sont des paroles pures, Un argent éprouvé sur terre au creuset, Et sept fois épuré. Toi, Eternel! tu les garderas, Tu les préserveras de cette race à jamais.

Psaume 18:31-33  Les voies de Dieu sont parfaites, La parole de l’Eternel est éprouvée; Il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en lui. Car qui est Dieu, si ce n’est l’Eternel; Et qui est un rocher, si ce n’est notre Dieu? C’est Dieu qui me ceint de force, Et qui me conduit dans la voie droite.

Psaume 119:9-11  Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier? En se dirigeant d’après ta parole.  Je te cherche de tout mon coeur: Ne me laisse pas égarer loin de tes commandements!  Je serre ta parole dans mon coeur, Afin de ne pas pécher contre toi.

Romains 15:4  Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Ecritures, nous possédions l’espérance.

2Timothée 3:16-17     Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice,  afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre.

Hébreux 4:12-13     Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur.  Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte.

2Pierre 1:20  …ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu.

C’est certainement à cause de cette prétention que l’on critique tellement la Bible.  Elle EST le point de référence pour le sceptique aussi bien que pour le croyant.  Il n’y a qu’elle qui suscite l’incrédulité chez l’incrédule et la croyance chez le croyant.  Peu de monde s’acharne contre le Coran de l’Islam ou contre la Tour de Garde des Témoins de Jéhovah ou contre le Livre de Mormon du Mormonisme.  Leurs manquements ne sont que trop évidents.  Par contre, pour trouver une faille dans la Bible il faut un travail assidu et beaucoup d’imagination.  Les résultats de telles recherches sont de deux genres : soit le sceptique devient croyant malgré lui, soit le sceptique calomnie la Bible en prétendant trouver des erreurs qui sont invariablement revendiqués par la suite.  Certes, il y a certains textes bibliques difficiles à comprendre, mais « être difficile » et « être erroné » sont deux choses bien différentes.

Ayant considéré les quatre premiers cas, il est tout à fait raisonnable que, si Dieu existe, il se fait connaître.  La Bible présente et correspond à des critères très élevés.  Une révélation de la part de Dieu devrait :

  1. être vraie et durable et donc sans erreur historique ou géographique et sans mythologie
  2. être universelle, applicable à toute l’humanité quoi que soit sa culture
  3. être d’une attente morale au-delà des capacités humaines
  4. révéler l’origine et la fin du monde, la personnalité et volonté de Dieu, ainsi que les problèmes et les solutions concernant l’homme.
  5. être à la fois compréhensible et insondable
  6. être homogène et non contradictoire, ayant un message unifié à travers le tout

Divers écrits apocryphes et « sectaires » tels que le Livre de Mormon, la Tour de Garde et le Coran, à l’instar de la Bible,  prétendent eux aussi être de révélation divine.  Néanmoins quand mis à l’examen, ces livres ne correspondent pas aux critères annoncés plus haut.  Chaque personne a le droit de suivre les écrits qu’il veut suivre.  Néanmoins, ces derniers ne méritent pas notre confiance à cause de leurs erreurs historiques, géographiques, chronologiques, etc.  Seule la Bible correspond bien à tous ces critères.

Prenons comme seul exemple l’oncle de Jésus selon le Coran.  Selon le Coran, l’oncle de Jésus serait le Moïse de l’Exode.  Le même Moïse qui est frère de Aaron et de Miriam.  Cette Miriam est présentée dans le Coran comme la mère de Jésus.  Selon le Coran,  ils sont tous de la famille d’Imram de la tribu de Lévi.  Or, nous savons qu’environ 1400 ans séparent la vie de Moïse de la vie de Jésus.  Nous savons que Jésus est de la tribu de Juda et non pas de la tribu de Lévi.  Nous savons aussi qu’aucun des ces trois personnages de l’Exode n’est entré dans le territoire d’Israël.  En revanche, Miriam (Marie) la mère de Jésus a accouché à Bethlehem près de Jérusalem et elle a passé la plupart de sa vie en Israël sous l’occupation romaine.  Ainsi, nous constatons des erreurs d’ordre chronologique, généalogique et géographique concernant la relation entre Moïse et Jésus tel que le Coran nous les représente.  Le Coran, Le Livre de Mormon, etc., tous ces « révélations sectaires, » doivent céder la place à la supériorité de la Bible.

Bien sûr, selon le principe de la liberté, l’individu a le droit de croire ce qu’il pense être le mieux.  Néanmoins, au bout du compte, le seule livre qui mérite une considération sérieuse, c’est la Bible.