Pourquoi Jésus-Christ ?

(Ce traité est la suite du traité « Pourquoi la Bible ? » que vous pouvez lire en ouvrant ce lien.)

 

Pour répondre à cette question, il faut aborder le sujet des diverses religions.  Suivre aveuglement une religion ou une philosophie ne sert pas à grand chose, autrement que de faire des adeptes et de pouvoir manipuler les masses.  En revanche, la religion biblique cherche des croyants : des gens qui ont réfléchi et abouti à une conclusion.  Maintes fois la Bible fait appel à l’intelligence pour plaider, pour raisonner, pour évaluer et pour chercher la vérité.  Ainsi, se pose la question : «Pourquoi Jésus-Christ ? ».

Il faut tout d’abord reconnaître et digérer cette réalité : il n’existe pas beaucoup de choix quant à la religion.  Reprenons les six principes philosophiques ou religieux de base :

1.  Dieu n’existe pas (athéisme)

2.  Dieu existe mais il ne s’intéresse point à nous (déisme)

3.  L’hindouisme

4.  Le bouddhisme

5.  L’Islam

6.  Le judéo-christianisme

D’autres expressions existent : spiritisme, animisme, nombreuses sectes, etc.  Parmi les diverses philosophies, philosophes et « sauveurs, » seulement Jésus-Christ propose une espérance qui mérite d’être crue.

Les quatre premières propositions ci-dessus n’offrent point d’espoir.  L’athéisme et le déisme n’offrent point de délivrance, ni pendant cette vie ni pour l’au-delà.  L’hindouisme et le bouddhisme n’offrent qu’un règlement de comptes communiqué d’existence en existence selon les principes des karmas et de la réincarnation.  Remarquez bien que nous ne parlons pas de « pardon » ni de « délivrance du péché, » mais d’une espèce de « vengeance cosmique. »  Dans le bouddhisme d’origine, le nirvana était réservé à seulement neuf personnes dont le Bouddha était la huitième, laissant les masses de l’humanité à errer éternellement dans les cycles de « vengeance cosmique. »  Certes, l’hindouisme et le bouddhisme proposent de nombreuses activités religieuses pour occuper les fidèles.  Néanmoins, ils n’offrent pas de solution au problème du péché.  Sans entrer inutilement dans les détails, il faut savoir que le paganisme est toujours à la recherche d’une solution, comme si l’on tâtonnait dans l’obscurité.  Dans beaucoup de pratiques du paganisme, les gens disent clairement qu’ils n’ont point d’espoir et qu’ils aimeraient bien que le Dieu des cieux leur envoie un message d’espoir.  Curieusement, ceci est le même sentiment qu’expriment de nombreux sceptiques.

Ainsi, nous revenons aux deux pensées monothéistes qui reconnaissent que le Dieu-Créateur existe et qu’il a parlé.  L’Islam, par le Coran, nous propose le Dieu-Créateur, un prophète et une manière de vivre.  Le message du Coran est que Dieu n’a pas pu maintenir l’intégrité de ses messages précédents et qu’il a fallu un dernier messager pour « rétablir » ce qui a été perdu.  En principe, celui qui aurait pratiqué les cinq piliers de la religion et qui aurait fait plus de bien que de mal irait au paradis.  Par contre celui qui n’aurait pas pratiqué les cinq piliers de la religion ou qui aurait fait plus de mal que de bien irait en enfer.  Néanmoins, Dieu étant Dieu, il se réserve le droit de changer d’avis et de faire comme il voudrait avec qui que ce soit.  En fin de compte, l’Islam reconnaît qu’il y a un paradis, bien que personne n’est certain d’y arriver, car le problème du péché n’est pas résolu.

Le musulman compte sur la miséricorde de Dieu, mais Dieu n’a pas de base « juridique » pour exercer cette miséricorde.  Ceci se manifeste dans la pratique quotidienne musulmane en ce que la liberté de conscience est interdite et que la justice islamique est très sévère.  La doctrine élevée de Jésus qui consiste à aimer non seulement nos semblables mais aussi nos ennemis est absente de l’Islam.  Pourtant, la miséricorde envers les offenseurs (pécheurs) ne peut fonctionner sans amour (« la pratique de la bonté) envers les ennemies de la loi.

Il est important à noter que beaucoup de récits du Coran ont été tirés de la Bible,  malgré le fait que certains détails ont été transformés.  Par exemple, la Bible contient le récit (écrit 1400 années avant Jésus-Christ) d’Abraham qui se prépare à sacrifier son fils Isaac, père des futurs Israélites.  Par contre le Coran contient le récit (écrit 630 après Jésus-Christ) d’Abraham qui se prépare à sacrifier son fils Ismaël, père des futures Arabes.  En faisant ainsi, le Coran nie la base historique de tout le contenu de la Bible.  Plus grave encore, le message coranique retranche l’acte évangélique de Jésus-Christ en faisant dire que Jésus n’est ni mort sur la croix ni ressuscité.  L’Islam propose donc un prophète mais n’offre point de Sauveur.

En revanche, la Bible nous propose un Sauveur.  Depuis le début jusqu’à la fin, la Bible promet celui qui nous délivrera de nos péchés et qui fera venir l’époque utopique ou paradisiaque et qui nous fera jouir de la vie éternelle auprès de Dieu.

En brillant contraste avec tout autre chef religieux, Jésus-Christ n’est pas entré dans l’histoire « sous vide. »  Il fait partie intégrale d’une suite d’histoire. Jésus a nettement dit que sa vie avait été prédite dans les Ecritures Saintes.  (Jean 5:39-40:  « Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi.  Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! »)  Il est évident que la venue du « Messie-Christ » a été attendue par tout le peuple d’Israël aux environs du premier siècle.  Néanmoins, une grande partie de ce peuple n’a pas voulu trouver le « Messie-Christ » en Jésus de Nazareth.  Malgré ce refus, la personne et la vie de Jésus correspondent à de nombreuses prophéties bibliques: sa généalogie, son lieu de naissance, l’époque de sa naissance, ses œuvres, sa mort et résurrection et même l’établissement d’une communauté de croyants non-israélites.  Ces réalités prophétiques ont persuadé des dizaines de milliers d’Israélites du premier siècle à se convertir à Jésus.

De toute évidence, Jésus-Christ est de loin le seul homme qui mérite l’attention des croyants, quelle que soit la religion.  Observez que, d’une manière malhonnête, la plupart des sectes font appel au nom de Jésus-Christ pour établir leur légitimité avant d’entraîner leurs adeptes loin des doctrines de la Bible.  (Par exemple, le gourou Raël prétend être le demi-frère de Jésus et de nombreux gourous prétendent être la réincarnation de Jésus.)

Qu’est-ce qui démarque Jésus de tous les autres chefs religieux ?  Qu’est-ce que Jésus a que les autres n’ont pas ?  Mahomet ne s’est présenté qu’en tant que prophète.  Bouddha s’est présenté comme une illumination envers le désintéressement absolu.  Jésus s’est présenté en tant que Dieu-devenu-homme afin de sauver les hommes pécheurs et de leur apporter le bonheur éternel.

Cherchez comme vous voulez dans les diverses religions, il n’y a que Jésus-Christ qui prétend ôter les péchés.  Personne d’autre.  De ce fait, Jésus a raison de proclamer son exclusivité:

Jean 14:6  « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »

Jean 11: 25-26  « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? »

Jean 5:21-27     » Comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut.  Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils,  afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé.  En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu; et ceux qui l’auront entendue vivront. Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme.  »

Jean 10:28-30  « Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.  Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père.  Moi et le Père nous sommes un. »

Jean 14:1-3  « Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi.  Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place.  Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. »

Seul Jésus-Christ déclare « tes péchés te sont pardonnés… t’a foi ta sauvée, va en paix » (Luc 7:48,50).

Moyennant la confiance de la foi, le Christ de la Bible vous offre:

– Pardon et enlèvement de tous vos péchés.

– La vie éternelle.

– La présence de son Saint-Esprit en vous.

– Direction et Correction au lieu de laisser-aller.

– Assurance au lieu d’incertitude.

– Compréhension et Réponses concernant la vie au lieu de l’obscurité

– Bonheur transcendant au lieu de bonheur circonstanciel

– Principes de vie au lieu des règles dogmatiques

– Communion avec Dieu au lieu d’inimitié avec Dieu

– Communauté avec les croyants au lieu de l’isolation égoïste

Pour bénéficier du salut en Jésus-Christ, Dieu ne demande que la repentance et la confiance (c’est à dire, la foi).  Il ne demande ni de l’argent, ni des rites, ni des rituels, ni des sacrifices, ni des pénitences, ni du purgatoire.  Dieu cherche votre cœur: que vous reconnaissiez vos péchés et que vous en demandiez pardon pour que Dieu puisse les effacer.

Croire en Jésus-Christ, c’est le seul espoir.

Pour approfondir votre connaissance de Jésus-Christ, procurez-vous un Evangile de Jean et lisez-le.  Après, lisez le Nouveau Testament et par la suite lisez le reste de la Bible.   Efforcez-vous d’assister aux cultes d’une église qui explique la Bible et l’applique à la vie quotidienne.  N’hésitez pas à venir discuter avec nous.